8 novembre 2014 : Toulouse, Soupetard

 La musique au temps des Demoiselles de Saint-Cyr

En 1684 à la demande de Mme Maintenon Louis XIV crée la Maison Royale de Saint-Louis à Saint-Cyr.
C’est une école destinée aux jeunes filles de la noblesse pauvre.
La musique prend une part très important dans l’éducation des pensionnaires, appelées « Damoiselles de Saint-Cyr ».

La beauté intime de ces œuvres contraste avec des passages vifs et lumineux.
Ces œuvres nous séduisent par leurs sonorités suaves et apaisantes créant une atmosphère de recueillement si unique dans des couvents à cette époque en France et notamment celle des Damoiselles de Saint-Cyr où la qualité de la pratique musicale rimait avec l’excellence.

12 octobre 2014 : Tiana

Les Chapelles Royales en Europe

Afin d’illustrer le lien frontalier entre la France et l’Espagne, ANTIPHONA et l’ORQUESTRA BARROCA CATALANA ont choisi des compositeurs emblématiques de l’aube du siècle des Lumières, puis de l’élargir à l’Europe ne retenant que ce qui se faisait de mieux en termes de musique baroque de l’époque.
Le programme choisi doit montrer comment ces musiques communiquent entre elles, grâce notamment aux voyages des compositeurs et des interprètes à travers l’Europe, dans le respect constant des traditions musicales de leurs pays respectifs.

En effet, la musique, au même titre que l’architecture, les arts visuels, la mode, le luxe, est un des vecteurs privilégiés de la communication des grands rois et des grandes cours européennes.
Tout événement important doit donner lieu à une fête magnifique.
Et une fête somptueuse ne peut se concevoir sans ornements tels qu’une musique éclatante.
Tous les plus grands compositeurs de cette période ont travaillé à la cour d’un grand roi et, en particulier, à la Chapelle Royale, l’essentiel des compositions reposant en effet sur les textes sacrés.

Cette époque était donc une époque faste pour la musique car elle pouvait bénéficier d’un mécénat quasiment illimité de la part des « Grands » dont elle chantait la gloire à la Cour, mais aussi dans tout le pays et jusqu’au-delà des frontières.
Elle est partie intégrante de la vie dans toutes les couches de la société.
Elle est un moyen d’exprimer tous les états d’âme et de toucher l’affect.

Le programme retenu mettra donc en valeur un compositeur de la Chapelle Royale de France, Marc-Antoine Charpentier, un compositeur catalan récemment redécouvert, Francesc Valls, et élargira ensuite sur un compositeur brillant mais mal connu de la Chapelle Royale de Dresde, le Tchèque Jan Dismas Zelenka.
Ce dernier a travaillé en particulier pour Maria-Josepha de Habsbourg, mère de Maria-Amalia.
Cette dernière épousera à Dresde en 1738, Philippe de France (petit fils de Louis XIV), futur roi d’Espagne.
Zelenka composera des musiques pour ce mariage.

Zelenka permet ainsi de faire le lien entre la France et la Catalogne

Il reprendra des œuvres connues comme le Te Deum de Marc-Antoine Charpentier dont le prélude est devenu l’emblème de l’Eurovision, ou plus rares comme Flos Carmeli de Francesc Valls, ou encore totalement inédites comme la messe ZWV 9 de Zelenka.

Cette création transfrontalière a reçu le soutien de la Région Midi-Pyrénées, au travers de son programme de collaboration culturelle transfrontalière.

11 octobre 2014 : Albi

Les Chapelles Royales en Europe

Afin d’illustrer le lien frontalier entre la France et l’Espagne, ANTIPHONA et l’ORQUESTRA BARROCA CATALANA ont choisi des compositeurs emblématiques de l’aube du siècle des Lumières, puis de l’élargir à l’Europe ne retenant que ce qui se faisait de mieux en termes de musique baroque de l’époque.
Le programme choisi doit montrer comment ces musiques communiquent entre elles, grâce notamment aux voyages des compositeurs et des interprètes à travers l’Europe, dans le respect constant des traditions musicales de leurs pays respectifs.

En effet, la musique, au même titre que l’architecture, les arts visuels, la mode, le luxe, est un des vecteurs privilégiés de la communication des grands rois et des grandes cours européennes.
Tout événement important doit donner lieu à une fête magnifique.
Et une fête somptueuse ne peut se concevoir sans ornements tels qu’une musique éclatante.
Tous les plus grands compositeurs de cette période ont travaillé à la cour d’un grand roi et, en particulier, à la Chapelle Royale, l’essentiel des compositions reposant en effet sur les textes sacrés.

Cette époque était donc une époque faste pour la musique car elle pouvait bénéficier d’un mécénat quasiment illimité de la part des « Grands » dont elle chantait la gloire à la Cour, mais aussi dans tout le pays et jusqu’au-delà des frontières.
Elle est partie intégrante de la vie dans toutes les couches de la société.
Elle est un moyen d’exprimer tous les états d’âme et de toucher l’affect.

Le programme retenu mettra donc en valeur un compositeur de la Chapelle Royale de France, Marc-Antoine Charpentier, un compositeur catalan récemment redécouvert, Francesc Valls, et élargira ensuite sur un compositeur brillant mais mal connu de la Chapelle Royale de Dresde, le Tchèque Jan Dismas Zelenka.
Ce dernier a travaillé en particulier pour Maria-Josepha de Habsbourg, mère de Maria-Amalia.
Cette dernière épousera à Dresde en 1738, Philippe de France (petit fils de Louis XIV), futur roi d’Espagne.
Zelenka composera des musiques pour ce mariage.

Zelenka permet ainsi de faire le lien entre la France et la Catalogne

Il reprendra des œuvres connues comme le Te Deum de Marc-Antoine Charpentier dont le prélude est devenu l’emblème de l’Eurovision, ou plus rares comme Flos Carmeli de Francesc Valls, ou encore totalement inédites comme la messe ZWV 9 de Zelenka.

Cette création transfrontalière a reçu le soutien de la Région Midi-Pyrénées, au travers de son programme de collaboration culturelle transfrontalière.

 

10 octobre 2014 : Fronton

Les Chapelles Royales en Europe

Afin d’illustrer le lien frontalier entre la France et l’Espagne, ANTIPHONA et l’ORQUESTRA BARROCA CATALANA ont choisi des compositeurs emblématiques de l’aube du siècle des Lumières, puis de l’élargir à l’Europe ne retenant que ce qui se faisait de mieux en termes de musique baroque de l’époque.
Le programme choisi doit montrer comment ces musiques communiquent entre elles, grâce notamment aux voyages des compositeurs et des interprètes à travers l’Europe, dans le respect constant des traditions musicales de leurs pays respectifs.

En effet, la musique, au même titre que l’architecture, les arts visuels, la mode, le luxe, est un des vecteurs privilégiés de la communication des grands rois et des grandes cours européennes.
Tout événement important doit donner lieu à une fête magnifique.
Et une fête somptueuse ne peut se concevoir sans ornements tels qu’une musique éclatante.
Tous les plus grands compositeurs de cette période ont travaillé à la cour d’un grand roi et, en particulier, à la Chapelle Royale, l’essentiel des compositions reposant en effet sur les textes sacrés.

Cette époque était donc une époque faste pour la musique car elle pouvait bénéficier d’un mécénat quasiment illimité de la part des « Grands » dont elle chantait la gloire à la Cour, mais aussi dans tout le pays et jusqu’au-delà des frontières.
Elle est partie intégrante de la vie dans toutes les couches de la société.
Elle est un moyen d’exprimer tous les états d’âme et de toucher l’affect.

Le programme retenu mettra donc en valeur un compositeur de la Chapelle Royale de France, Marc-Antoine Charpentier, un compositeur catalan récemment redécouvert, Francesc Valls, et élargira ensuite sur un compositeur brillant mais mal connu de la Chapelle Royale de Dresde, le Tchèque Jan Dismas Zelenka.
Ce dernier a travaillé en particulier pour Maria-Josepha de Habsbourg, mère de Maria-Amalia.
Cette dernière épousera à Dresde en 1738, Philippe de France (petit fils de Louis XIV), futur roi d’Espagne.
Zelenka composera des musiques pour ce mariage.

Zelenka permet ainsi de faire le lien entre la France et la Catalogne

Il reprendra des œuvres connues comme le Te Deum de Marc-Antoine Charpentier dont le prélude est devenu l’emblème de l’Eurovision, ou plus rares comme Flos Carmeli de Francesc Valls, ou encore totalement inédites comme la messe ZWV 9 de Zelenka.

Cette création transfrontalière a reçu le soutien de la Région Midi-Pyrénées, au travers de son programme de collaboration culturelle transfrontalière.